La neuropathie diabétique (atteinte des nerfs) est une pathologie souvent ignorée et néglidée du patient diabétique, car souvent silencieuse.

C’est l’une des plus fréquentes complications chroniques du diabète entraînant d’autres complications.

Définition et causes

L’hyperglycémie provoque dans l’organisme une série de modifications chimiques qui finissent par altérer les nerfs. L’altération peut aller de l’atteinte fonctionnelle (ralentissement de la conduction électrique) à l’atteinte structurelle du nerf. L’altération est alors de plus en plus difficilement réversible. Le diabète peut atteindre l’ensemble des nerfs de l’organisme.

Il touche deux types de nerfs : les nerfs périphériques qui permettent de commander les muscles et de sentir au niveau cutané; et les nerfs du système nerveux autonome qui commandent le fonctionnement des viscères.

Les symptômes, qui varient en fonction des nerfs touchés et des patients, peuvent se traduire par des troubles, accompagnés ou non de douleurs diverses et parfois nocturnes au niveau :

  • des membres inférieurs (pieds, jambes).
  • de l’appareil digestif (diarrhée, constipation)  
  • du système urinaire (mauvais contrôle de la vessie et de la miction)
  • du rythme cardiaque et de la pression artérielle, avec des sensations de vertige au lever par chute de la tension artérielle (hypotension orthostatique)
  • de l’activité sexuelle (trouble de l’érection, impuissance)

La disparition des réflexes peut également être un signe de neuropathie. Mais la présence et l’évolution de la maladie peuvent être silencieuses. Car la particularité de la neuropathie diabétique, c’est qu’elle perturbe considérablement la sensibilité à la douleur. Chez certains patients, elle provoque des douleurs terribles au contact d’un simple drap. Chez d’autres au contraire, elle peut rendre indolore une blessure au pied, ou imperceptible le sentiment de transpiration et l’accélération du rythme cardiaque (lors d’une hypoglycémie, par exemple).

Si un ou plusieurs de ces signes ou symptômes apparaissent, parlez-en à votre médecin. Signalez tout déficit sensitif, même si les symptômes semblent s’estomper avec le temps ! Car les variations de la glycémie jouent sur le ressenti des douleurs. Votre médecin pourra pratiquer une recherche plus fine des stigmates de la maladie, grâce à différents instruments de mesure.

Les complications du diabète qui touchent les pieds sont étroitement liées à la baisse de sensibilité des nerfs de contact, empêchant la perception des petites blessures ou anomalies du pied (cor, durillon, fissure, crevasse, mycose), lesquelles finissent par s’amplifier et s’infecter… avec un risque d’amputation.

  • Le mal perforant plantaire : La neuropathie perturbe surtout gravement la statique et la dynamique du pied, responsable d’hyperkératose (corne aux points d’appuis), premier temps qui va ensuite provoquer des saignements (hématomes) en profondeur et qui laissera à la place des ulcérations de la peau : c’est le mal perforant plantaire.

Par ailleurs, l’occlusion des artères au niveau des membres inférieurs (artérite) entraîne un déficit d’oxygène dans le sang nécessaire à la cicatrisation et va donc fortement aggraver le processus.

  • Des douleurs aux pieds imperceptibles : les pieds sont alimentés par un réseau d’artères et de petits vaisseaux qui apporte aux muscles et aux tissus l’oxygène et les nutriments nécessaires à leur fonctionnement. Leur disfonctionnement peut entraîner des douleurs diffuses.
  • Cicatrisation difficile : en cas d’artérite, les artères des jambes se bouchent, diminuant l’apport en oxygène aux pieds. Résultat, les plaies s’étendent et ne cicatrisent pas, l’amputation est alors le dernier recours.

Si vous avez un pied à risque, un certain nombre de bonnes pratiques est de mise :

  • hygiène des pieds, des orteils et des ongles,
  • contrôle et surveillance visuels réguliers (par vous-même, un proche ou un spécialiste) de l’état de vos pieds,
  • soins et traitement adaptés à la moindre blessure ou anomalie
  • Port d’orthèses plantaires de décharge des points de pression

En cas de pied infecté, il faut retrouver un diabète équilibré, arrêter de fumer (car le tabac a des effets sur la circulation sanguine), éviter les facteurs de risque, etc.

Certaines techniques et ustensiles d’hygiène ou de confort (comme les bouillottes, certains coupe-ongles, etc.) sont à proscrire car peu compatibles avec des pieds fragiles.

Tous ces bons réflexes vous éviteront bien des désagréments et des douleurs inutiles. Vous garderez des pieds en bonne santé et empêcherez les complications graves de s’installer.

Dernier conseil et non des moindres, évitez de marcher pieds nus et prêtez une attention particulière au choix de vos chaussures.

Attention

Les pieds gonflent dans la journée, achetez vos chaussures en fin de journée et mettez-les progressivement pour qu’elles se fassent à votre pied sans vous blesser.

N’oubliez pas que chaque pied est différent et qu’il convient d’avoir des chaussures adaptées à sa morphologie, aux conditions de marche et à l’état de santé de ses pieds.

  • chaussure choisie judicieusement (longueur, largeur et tige de cuir ou extensible)
  • soin de pieds respectant toutes les conditions d’hygiène requise
  • orthèses plantaires de prévention
  • orthèses plantaires curatives pour décharge de point de pression ou d’isolement de plaie.
  • grande panoplie de matériaux pour répondre à vos exigences morpho-dynamiques
  • bottes de décharge sur mesure en cas de mal perforant plantaire.
  • Suivi mensuel de votre plaie et de votre orthèse
  • Étroite collaboration avec votre infirmier(e) en soin de plaie
  • Table de discussion pour optimiser la durée et la technique de traitement
  • Produits pour soins de la  peau

Diabète : des risques d'amputation

À l’origine d’une plaie infectée ou d’une gangrène, il y a le plus souvent : une petite blessure qui aurait pu être évitée et provoquée par :

  • une chaussure (ampoule due au frottement d’une chaussure neuve),
  • un ongle mal taillé ou un durillon ou « le mal perforant plantaire »,
  • véritable complication spécifique de la neuropathie.

Un grand nombre de ces amputations pourrait être évité par plus de prévention, un diagnostic précoce et des soins appropriés.

Chez Orthométrix, nous prenons vos pieds en main avec rigueur et professionnalisme !